En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Printemps des Poètes

Palmarès du printemps des poètes 2010

Par STEPHANIE SEUZARET, publié le mardi 22 novembre 2011 12:18 - Mis à jour le mardi 22 novembre 2011 12:45

Voici les trois poèmes sélectionnés par le jury 2010 du Lycée. Félicitations à tous les participants et rendez-vous l'année prochaine !

Premier prix : 

J'ai peint un tableau

Sans liaison aucune avec le monde

J'ai dessiné un oiseau

Dont tous les traits se confondent

 

Dans ce tableau, les traits coulent

Le noir, le gris.

Dans cet oiseau, les liaisons bougent

La graphite, le lavis.

 

Je peux voir sous cette couche épaisse

Un bleu, un jaune.

Je ne peux voir, sur cette fine poussière

Que le carbone.

 

Chaotique vision

S'acheminant vers la beauté,

Et plane prétention

N'étant pas destinée à l'éternité

 

Deux formes d'expressions

Deux destinations

Une même main

Un même trait, un même attrait.

Que la satisfaction et la liberté

Aurons pleinement comblé

 

Où seul le temps

Saura advenir du reste

Où en peignant

En dessinant, en s'exprimant

Le bleu, le jaune

Le noir, le gris

Ne formeront plus que ce tout

En un seul élément réuni,

 

Ne formant plus que le bout

De la chaîne accomplie

De la vie

 

Léa

 

 

Second prix : 

Le temps d'une femme

 

Elle rêve, et imagine les jours,

Tels qu'ils pourraient être à leur dernier recours;

Elle fut avec le temps blessée, 

Autant qu'elle fut désirée.

 

A quelle essence tournait son âme,

A quelle puissance brûlait sa flamme;

Elle est aujourd'hui blanchie,

Par le froid sanglant de la vie.

 

Toujours pleine de subtilité,

De sa haute silhouette élancée;

Elle attirait chaque regard perdu,

Lorsqu'elle était encore ingénue.

 

Les jours, les années l'ont oubliée,

Au point qu'ils ne la voyaient plus;

Ces êtres qu'elle eut tant désiré

Qui maintenant ne lui seront plus.

 

Mais qui est cet être si fragile, 

Qui était si fort, si docile

A présent presque désarmé

Et en croissance de sensibilité.

 

Le monde à ses yeux a changé,

Elle ne voit plus à l'horizon,

Aux yeux du monde elle a changé

Et se cherche même des raisons.

 

Elle vient même à s'imaginer,

Dans un de ces corps androgynes;

Elle croit qu'ils peuvent faire s'élever,

Les regards les plus infimes.

 

Elle devra un jour accepter 

Etre dans le tourbillon de la vie

Suivre son chemin avec fidélité

Sans souffrir de son propre mépris.

 

Lisa #13

 

 

Troisième prix :   

Souvenirs rêvés

 

Tu es venue un beau matin

Vêtue de ta plus belle robe satin

Tu m'as ensuite demandé quelque chose

J'ai vu dans tes yeux brûler tant de passion

Qu'alors plus qu'à mon coeur je ne faisais attention

Je n'ai rien répondu pris par cette osmose

Mais sur ton visage, des larmes ont coulé

Je les ai observées, comme envoûté

Soudain par mes lèvres elle furent absorbées

Sur ton visage, un joli sourire s'est affiché

Toujours plongé au plus profond de ton Âme,

Je dis : "Je vous Aime Madame"

Mots et pleurs tout droit sortis du fond du coeur

Je sais désormais ce qu'est le bonheur

De mes mains tremblantes je pris les tiennes

De ta douce voix tu m'as dit que tu étais mienne